« L’industrie du rêve va dérouler le film des 20 dernières années du parcours professionnel des technicien·ne·s français·es du cinéma et de l’audiovisuel afin de mesurer l’impact des mutations technologiques, artistiques, sociales, … sur leurs métiers et leurs savoir-faire, dans un contexte international qui ne cesse de s’élargir ».

Emmanuel Schlumberger

Président de L'Industrie du Rêve

Avec le soutien de la Région Île-de-France et du CNC, le Paris Images – L’industrie du rêve est depuis 20 ans l’événement des métiers techniques du cinéma et de l’audiovisuel. La 21e édition du Paris Images — L’industrie du rêve traitera d’une question centrale liée à la crise actuelle qui a accéléré un phénomène amorcé depuis quelques années. Quelles sont les conséquences aussi bien pour les producteurs que les techniciens du cinéma et de l’audiovisuel de la prédominance des acteurs désormais incontournables de la diffusion de contenus, les plates-formes numériques ? Deux conférences réuniront tour à tour les principaux acteurs de la chaine de production et de la fabrication, pour dresser un panorama des mutations qui les impactent,  afin de donner la parole à ceux et celles dont la question de la singularité est posée dans un contexte de plus en plus uniformisé. 

Programme

Comment les producteurs indépendants s’adaptent-ils face aux nouvelles formes de diffusion ?

 

Lors de cette conférence, L’industrie du rêve réunira les principaux acteurs de la chaine de production — État — Région Île-de-France — Producteurs — Distributeurs – Diffuseurs Sociétés de financement, pour dresser un panorama de ces nouveaux risques. Indépendance financière et artistique, consolidation des structures, augmentation des fonds propres, capacités financières pour peser davantage dans le financement de leurs propres œuvres, toutes ces questions seront posées avec des recommandations — Mutualisation, concentration, ouverture à des capitaux privés extérieurs à la branche. L’enjeu est considérable pour le cinéma français. La question centrale étant : En gardant ses producteurs indépendants, capables de faire émerger de nouveaux auteurs, de porter des projets qu’ils considèrent « comme de vraies propositions de cinéma », le cinéma français s’évitera-t-il une production où la majorité des films « sont faits d’une manière qui n’a plus rien à voir avec le cinéma, mais tout à voir avec un simple produit commercial ».

Mardi 26 janvier

15h-16h

Ajouter à mon calendrier

Quel est l’impact des nouveaux types de contenus et de leur mode de diffusion sur le travail des technicien.ne.s français.es du cinéma et de l’audiovisuel ?

Ces interrogations seront mis en regard de la situation des techniciens un an après l’enquête nationale présentée lors de la 20 é édition. Crise du COVID 19, arrêt des productions, nouvelles mesures sanitaires sur les tournages, mais également prééminence des nouvelles technologies, mondialisation et de interchangeabilité des compétences, internationalisation des contenus et de leur formatage, les bouleversements sont majeurs pour l’ensemble de la chaine de fabrication du film, des techniciens aux industries techniques. Paris Images— L’industrie du rêve réunira les professionnels de la technique et les industries liées pour faire une topographie détaillée des métiers et des emplois, donner la parole à ceux et celles dont la question de la singularité est posée dans un contexte de plus en plus uniformisé.

Mardi 26 janvier

16h-17h

Ajouter à mon calendrier